Un coup de cœur en cours de route…

Un court mot sur Aisheen [Still Alive in Gaza], que j’ai eu le plaisir immense de voir lundi 15 novembre au Hall Building de Concordia. Si j’avais un film à choisir qui représenterait le mieux les RIDM, ce serait lui. Il est magnifiquement bien fait et présente un travail de caméra fascinant, qui est à la fois au plus près du sujet et qui cherche tout à la fois à effectuer le recul qui s’impose; il est surprenant, poétique, il donne à voir la réalité de Gaza comme on ne la voit jamais, au quotidien : avec les gens qui blaguent quand même de temps à autre, vous comprenez? Avec ceux qui se questionnent aussi, qui sont enfin humains grâce au film, et plus seulement prisonniers.

C’est ça ce que permet un tel documentaire : par quel autre moyen, en effet, pourrions-nous voir la réalité tragi-comique des propriétaires de zoo ou de parcs d’attraction de Gaza, ou comment des clowns font exploser des ballons multicolores pour dédramatiser le bruit des bombes auprès des enfants, comment le débat sur la validité du rap comme forme d’expression est en cours là-bas? Le film pourrait très bien être dans Caméra-stylo tellement il est magnifique et sa signature d’auteur fascinante; son sujet, lui, relève résolument de Caméra au poing; et les angles d’approche et choix de scène de Nicolas Wadimoff sont si atypiques et surprenants que son œuvre pourrait presque se classer dans DocTape. Clairement, c’est un coup de cœur et une révélation pour moi, qui avait vu presque tous les films sauf celui-là.

Ne manquez pas la chance de le voir et de discuter avec le réalisateur, jeudi 18, à la Cinémathèque québécoise. Un des plus beaux films de la sélection!

Mathieu Bédard, adjoint à la programmation RIDM