En hommage aux disparus…

Il n’y a pas que les jeunes et les vieux honorés aux RIDM, il y a bien sûr aussi ceux dont l’existence se fait sentir de la manière la plus aiguë mais insaisissable : les disparus. Comme vous le savez sans doute, la 13e édition des RIDM est d’ailleurs dédiée à Marcel Simard, qui était un réalisateur et surtout producteur d’importance au Québec, et dont le suicide récent a été une réelle tragédie pour le cinéma québécois.

Je suis très, très déçu de ne pas avoir écrit plus tôt à cet égard, au sujet notamment de La Vie a du charme, un excellent film présenté samedi dernier que Marcel avait produit; un film multipliant les procédés de mise en scène, les distanciations et les fragmentations pour élaborer à l’écran la substance de l’oeuvre d’un autre « disparu » en quelque sorte, mais depuis toujours : Réjean Ducharme. Le film, réalisé alors par un très jeune Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes), prouve à quel point Marcel Simard était un producteur visionnaire, débusqueur de talent et créateur d’excellence. Deux de ses propres films seront présentés mardi à la Cinémathèque, Le grand monde, dans lequel il fait jouer une recréation du monde à des patients d’un hôpital psychiatrique et Québec rouge, le fameux documentaire sur les communistes québécois des années 70.
Bref, ne ratez pas ce vibrant hommage, truffé de perles rares.

Autre film sur un disparu qui est un de nos grands titres cette année : L’amour fou de Pierre Thoretton, qui revient sur la vie fantastique et extravagante d’Yves Saint-Laurent et de son conjoint Pierre Bergé. Repéré par Caroline Masse, la grande patronne du cinéma Parallèle, je vous copie ici son message plus qu’enthousiaste lorsqu’elle avait vu le film au festival de Toronto, ça donne vraiment envie de le voir :

« Je sais que ça devrait pas être notre créneau (film d’art), mais ce film est un des plus magnifiques que j’ai vus. Le portrait de l’homme qu’est Pierre Bergé et de celui que fut Yves Saint-Laurent, et ce, à travers leur amour et leur collection d’art sidérante, est bien plus qu’un film d’art ou sur l’art mais c’est surtout un grand film sur l’amour, la mort, le passage du temps, la création, bref sur l’Homme tout court. Il y a aussi beaucoup d’archives, il y a même Mick Jagger, Andy Warhol, et toutes les figures des années 70 et de la contre-culture dans le film. Et c’est terriblement bien fait. Ce serait dommage de laisser cela à un autre festival… »

Si vous n’êtes pas convaincus par ça… vous n’êtes sans doute pas un amateur de cinéma!

Mathieu Bédard, adjoint à la programmation RIDM

Le grand monde et Québec rouge seront projetés le 16 novembre 2010 à 17h à la Cinémathèque québécoise.

L’Amour fou sera projeté le 13 novembre 2010 à 17h15 à la Cinémathèque québécoise et le 20 novembre 2010 à 21h10 au Cinéma Parallèle.