Jake, Not Finished Yet: fragmenter l’écran pour réunir tout

Je l’ai dit dans mon entrée sur les grands débats. Ce film est un des meilleurs du programme à mon avis, un film qui m’avait absolument enthousiasmé et donné un « boost » quand je l’avais vu en pré-sélection. Jake est un petit garçon qu’on a vu dans dans The Ballad of Vicki and Jake déjà, du même réalisateur. Vous vous en rappelez peut-être, il est le fils d’une toxicomane, Vicki, décédée alors qu’il n’était qu’adolescent. Ian Thomas Ash, en entrée de jeu dans ce nouvel opus, lui confie son sentiment de culpabilité, il n’a pas été là ni pour elle ni pour lui, une fois son premier film terminé, il les a abandonnés à leur sort. Mais, voilà, il se rachète en donnant à Jake une caméra. Puis il le filme en train de l’utiliser. Et il se fait donc filmer à son tour le filmant. Et une troisième caméra nous montre le tout. L’ensemble est ultra-dynamique et harmonieux, en utilisant d’une façon révolutionnaire le « split screen ». Finalement, qu’est-ce que cela crée? Jake reprend le contrôle des images, apprend à composer avec elles et à réaliser, le film même de Ian d’abord, puis toute sa vie future, qui est loin d’être finie malgré les difficultés immenses qui ont plané sur tout son passé…

En présence de Ian, Jake et Colin, les trois caméras de ce film novateur et génial!

MB