El Eco de las canciones. Antonia Rossi.

El Eco de las canciones (The Echo of Songs) est un magnifique essai sur la mémoire : celle de l’histoire d’un pays, le Chili, perçue à travers le filtre de l’enfance. À travers ses souvenirs de petite fille, Antonia Rossi tente de reconstituer le parcours de sa famille à l’époque de la dictature de Pinochet, ballotée entre le Chili et l’Italie, son pays d’accueil.

Quelque part entre l’expérimental et le journal intime, El eco est un collage d’images de toute provenance, qui se répondent et se compensent les unes les autres : films de famille ou prises de vues du Chili actuel, images télévisuelles, photographies, extraits de films ou de dessins animés… Autant de fragments que la réalisatrice assemble pour se réapproprier l’histoire qui a décidé de sa vie et de son identité composite. Elle mêle notamment ces différents régimes d’image par des surimpressions d’une grande force plastique, qui lui permettent d’explorer et de confronter plusieurs couches mémorielles. Ainsi l’animation permet à la réalisatrice de rendre avec beaucoup de justesse certains souvenirs relevant de l’imaginaire (le conte d’un oncle, l’identification au voyage de Gulliver), mais aussi de cristalliser la perception de certains événements qu’une archive historique ne pourrait rendre (comme Tchernobyl).

Sur ces images qui défilent, ou plutôt se « filent » entre elles, la voix off égrène les souvenirs, les « échos » du passé auquel ces apparitions renvoient, jusqu’au moindre détail (la façon dont le père avait les manches relevées, à tel instant où il l’a prise dans ses bras), qui prend dans la mémoire individuelle autant de place qu’un événement national. Antonia Rossi nous livre ainsi une œuvre d’une infinie délicatesse, qui par sa précision et ses choix relève avec succès un défi cinématographique : allier le portrait politique à l’introspection, en donnant une vraie consistance au flux des réminiscences.

Apolline Caron-Ottavi

El Eco de las canciones sera projeté le 11 novembre 2010 à 17h30, au cinéma ONF, et le 13 novembre 2010 à 17h45, à la Cinémathèque québécoise. Plus d’informations sur le film ici.