Red Shirley, ou une immigrante américaine walking on the wild side

Un autre rockeur célèbre, plus sombre peut-être que les Stones, toutefois, mais tout aussi inspirant, nous rendra visite. J’ai nommé… Monsieur Grosse Banane Jaune Pop Art en personne : Lou Reed. Coup de théâtre surprenant, Lou n’a pas sorti d’album cette année mais bien un documentaire! Son talent est apparemment tout à fait compatible avec ce nouveau média, car il nous propose un portrait fascinant et tendre de sa cousine centenaire, surnommée Red Shirley, sorte de Michel Chartrand des États-Unis, qui menait des campagnes syndicalistes alors qu’elle ne parlait qu’à peine anglais, vu qu’elle venait tout juste d’immigrer de Pologne!

La photographie est superbe et Lou manie à merveille l’art de l’entrevue, c’est un court métrage vraiment fort et sympathique à la fois, qui en dit long sur l’histoire du 20e siècle mais qui s’attarde sur des petits détails avec un plaisir amusé et évident! À ne pas manquer, Lou Reed en personne pour présenter son film, le 15 novembre à 21h, à la Cinémathèque.

MB